Retour à l’accueil > Accessibilité Web > Mise en oeuvre > Accessibilité des liens visités

Accessibilité des liens visités

web : réseaux de liensUn lien HTML est susceptible d’avoir plusieurs états, par exemple déjà visité ou pas encore exploré. Il est d’usage de les distinguer au moyen d’un changement de couleur ou tout autre élément relatif à la mise en forme. Nous analysons dans cet article les préconisations des référentiels d’accessibilité en matière de gestion des liens visités ainsi que les bonnes pratiques à ne pas négliger.

Le géant Google a instauré il y a des années un changement visuel dans ses résultats de recherche pour les liens hypertextes déjà visités par l’utilisateur. Le moteur, friand de sobriété, signale le lien consulté précédemment par utilisateur grâce à la couleur violette, tandis que les liens inexplorés sont affichés en bleu. Ce changement de couleur a imprégné le Web tout entier et la plupart des navigateurs appliquent aujourd’hui cette bonne pratique par défaut.

Le point de vue des référentiels d’accessibilité au sujet des liens visités

Bien que les liens hypertextes représentent le fondement du Web, les référentiels d’accessibilité ne proposent aucune convention concernant la gestion des différents états de liens. Une absence de décision qui rend toute mise en oeuvre à la fois envisageable et en aucun cas totalement satisfaisante. Pourquoi le consortium chargé d’étiqueter les normes en matière d’accessibilité numérique ne se prononce pas à ce sujet ?

Si la colorisation différente d’un lien visité semble être une information véhiculée par la mise en forme, il n’en est rien. En effet cette information provient du navigateur Web et non pas du site. Le respect de la vie privée interdit évidemment la conservation sur le serveur des anciennes pages visitées par des utilisateurs nommés.

La gestion des liens visités ne dépend donc pas directement du site Web mais du navigateur qui retranscrit l’information spécifiquement en fonction de l’historique de navigation conservé, ou non, par l’utilisateur. Pour autant, le concepteur peut s’il le souhaite proposer une mise en forme particulière pour les liens visités, ce que nous apparentons à des bonnes pratiques plutôt qu’à l’accessibilité à proprement dite.

Quelles sont les bonnes pratiques pour la gestion des liens visités ?

La mise en forme des liens visités peut être très utile aux internautes qui souhaitent par exemple retrouver une page déjà visitée ou, à l’inverse, se souvenir qu’il ne faut pas cliquer sur un lien car il a déjà été visité et n’a pas répondu aux attentes des internautes (ce deuxième élément est précieux dans les résultats de recherche).

Pour des internautes qui ne peuvent distinguer la couleur d’un lien et n’ont ainsi que faire de la mise en forme via une feuille de style, la gestion des liens visités est proposée par défaut sur les lecteurs d’écran, comme Jaws et NVDA.

Pour modifier l’affichage d’un lien visité, il faut donner à l’état visité d’un lien les attributs souhaités grâce au CSS dans une pseudo-classe. La syntaxe se présente sous cette forme :

a:visited{
attributs envisagés
}

Étant donné qu’aucune convention n’existe au sujet de la gestion des liens visités, toutes les solutions sont envisageables : changement de  couleur, affichage en italique, affichage d’un soulignement en pointillé… De cette façon vous pouvez rendre service aux internautes sans dénaturer la charte graphique de votre site.

7 commentaires

  • 1
    Felipe

    La mise en forme des liens visités ne figure pas/plus dans les référentiels d’accessibilité car ce n’est pas qu’un problème d’accessibilité (du moins c’est ce que je crois savoir). Cela touche tout le monde, handicap ou pas.

    Problème supplémentaire et récent : une faille relative à la vie privée des visiteurs touche tous les navigateurs et a conduit certains navigateurs à désactiver cette mise en forme. On peut toutefois la réactiver en modifiant des options avancées.

    Comme concepteur de sites web, je fais très attention à l’accessibilité au clavier (avec :focus pour les CSS sans oublier la surcouche Javascript – pour chaque gestion d’événement souris, penser à faire de même pour le clavier) mais ai tendance à oublier :visited parce que justement mon navigateur ne les style plus … Cet article est un utile rappel !

  • 2
    Gilles

    Je souscris à ce qu’a écrit Felipe. De plus, les référentiels d’accessibilité concernent généralement le contenu (les WCAG). La mise en forme des liens visités relève plus des UAAG, à savoir les référentiels pour les « agents utilisateurs ».

  • 3
    Sébastien Delorme

    Bonjour,

    Il n’y a effectivement pas vraiment de convention pour les liens visités, si ce n’est la célèbre couleur violette.
    Pour ma part, je trouve assez évident sur un site de trouver la convention utilisée (dès le premier ou second lien visité on commence à comprendre la convention utilisée).

    La mise en forme des liens visités relève effectivement des UAAG, tout comme le signalement de l’état « visité » aux aides techniques.

    Ensuite je trouve tout à fait normal qu’on ait envie de personnaliser ses liens et de trouver une convention propre à la charte du site (après tout, c’est aussi le rôle du navigateur d’identifier les liens, ce qu’il fait généralement en bleu et souligné, mais qu’on s’empresse d’aller modifier en CSS).

    Pour ma part j’opte souvent pour un soulignement différent, par exemple en pointillé (un changement de couleur peut être difficilement visible et non perceptible par certaines personnes malvoyantes ou daltoniennes).

    Quant à ce que souligne Felipe concernant la faille de sécurité, sauf erreur de ma part, je pense les navigateurs n’ont désactivé que la mise en forme des backgrounds. Mais les changements de couleur par exemple sont encore permis et supportés.

    Sébastien.

  • 4
    Sébastien Delorme

    Ah, j’oubliais :
    « Pour des internautes qui ne peuvent distinguer la couleur d’un lien et n’ont ainsi que faire de la mise en forme via une feuille de style, la gestion des liens visités est proposée par défaut sur les lecteurs d’écran, comme Jaws et NVDA. »

    Attention, à cette idée reçue !
    Les personnes qui peuvent pas distinguer les couleurs ne sont pas forcément non-voyantes. Quelques exemples :
    – Une personne daltonienne ;
    – Une personne malvoyante qui paramètre son affichage pour changer les couleurs par défaut.

    Sébastien.

  • 5
    admin

    Merci de cette précision Sébastien, notre formulation pouvait effectivement prêter à confusion.

    Et pour les internautes qui souhaitent en apprendre d’avantage sur les bonnes pratiques à destination des personnes daltoniennes, entre autres, nous vous invitons à consulter notre article sur l’accessibilité des contrastes de couleurs.

  • 6
    fred

    Article très intéressant qui permet d’affiner le point de vue sur la complexité de « choses » apparemment simples.

  • 7
    Vivien Blasquez

    Bonjour,

    Tout d’abord merci pour cet article que j’ai eu plaisir à lire. Juste un petit rappel sur les autres états des liens hypertextes : Un lien peut avoir 5 grands états :

    – Lorsqu’il n’a pas été sélectionné (en CSS => a:link)
    – Lorsqu’on le survole à la souris (en CSS => a:hover)
    – Lorsque le lien reçoit l’attention (en CSS => a:focus)
    – Lorsque le lien est activé par l’utilisateur (en CSS => a:active)
    – Lorsque le lien à déjà été visité (en CSS => a:visited)

    Pour ma part, j’utilise toujours une couleur différentes pour mes liens hypertexte ainsi qu’un soulignement en ligne ou en pointillé.

    Bonne journée à tous !

Votre commentaire





A propos

Handi-pratique.com est un portail professionnel sur l’accessibilité Web, les standards du Web et l’utilisation de l’informatique pour les personnes en situation de handicap.

Vous y trouverez les dernières actualités, conseils, études de cas, tests de logiciels et matériels adaptés aux personnes en situation de handicap...

Abonnements gratuits

Sites partenaires

Dernières publications